Bienvenue sur le forum de Sumnium-Mundum, un projet de RP se déroulant sur Discord, dont le contexte est totalement évolutif !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alcyone Rosewheen

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Faiseur de Mondes
Admin
avatar

Messages : 354
Date d'inscription : 18/08/2016
Age : 23
Localisation : L'Abysse

MessageSujet: Alcyone Rosewheen   Sam 11 Aoû - 3:05



Alcyone Rosewheen

34 ans, née le 23/09/1984




Particularités physiques


Le torrent d’un regard trouble, voilé par les ronces de la courbe de chair, déverse le plus beau des verts d'eau. Il y a une étincelle timide et éparse, l’arc de la protubérance duveteuse d’un sourcil dissimulé sous une cascade de boucles rembrunies.

Et il y a son âme.

Il y a son âme dans l’œil, et ses yeux dans l’esquisse d’un sourire. Il y a le voile d’un hâle satiné éclatant de poussières écarlates sur ses pommettes. Il y a une galaxie d’émois antinomiques dans le cœur de son faciès —et parfois, il y a un vide avare de sentiments qui expriment une profonde tristesse.

Ses traits changent, vacillent, bredouillent.

Alors l'expression est un masque qu’Alcyone veut maîtriser.

On la trouve belle, dans une simplicité ponctuée de quelques frasques pourtant communes. Elle est au crépuscule du rock’n’roll et à l’aube des grands classiques, friande d’accessoires fins et discrets, de dentelles et de revêtements en cuir. Elle se faufile —elle n’est pas très grande— à travers une foule qui l’avive, s’estompe sous les phares d’un photographe errant et rayonne sous le pinceau d’un artiste.

Ses lèvres murmurent la nostalgie d'une époque révolue, un peu boudeuses et bien rouges d'avoir trop réchignié, et ses rides creusent des inquiétudes fantasmagoriques sous un arc de cernes irisées.


Psychologie


Elle a les pensées qui voyagent. Ses pensées qui errent, qui s’égarent un peu, et celles qui dissimulent dans le terreau d’une mémoire équivoque. Elle a le pli d’une profonde réflexion, le souci facile, vous savez, et le creux aux joues des grands boudeurs.

Alcyone est parfois naïve, mais pour elle, la naïveté s’appelle le pacifisme.

Un peu sensible —horriblement sensible—, elle aime le réconfort de dame Duras et l’exutoire d’Edgar Poe. Elle a les mots qui fâchent, qui veulent adoucir ensuite, et les mœurs romantiques d’une époque révolue. Alcyone aime la simplicité des choses, un peu prude mais tout de même curieuse, alors Alcyone imagine beaucoup, aussi.

D'ailleurs, elle aime les grandes déclarations : elle en fait parfois, elle aime les gens et en général, les gens ne peuvent que l’apprécier, n'est-ce pas ? Elle se le nie peut-être, mais elle est un peu manichéenne dans ses jours moroses, même si la nuance est son domaine de prédilection. Oh oui, dans les jours moroses, elle est maussade, un peu triste et déprimée, elle n'en fait qu'à sa tête et geint sous les trompettes d'un morceau de Frank Sinatra.

Elle rebute une solitude qui lui tient tête, s’idéalise l’âme sœur spirituelle. Parfois, elle ne supporte pas la bêtise et l'ignorance —ne lui en voulez pas, elle n'est pas très patiente.

Elle observe, analyse, offre son aide, juge, critique mais elle vous apprécie sans doute un peu… sans quoi, elle s’efforcerait d’effacer votre existence. Elle est diplomate, mais un peu rancunière, juste un peu, de quoi vous supporter en silence aux yeux de tous et rayer votre existence à l’ombre de la scène.

C'est une effluve d'impressions, de mysticisme et de clichés qui s'entrechoquent. Elle aime être mystérieuse, elle aime jouer la comédie, un peu comme tout le monde. A défaut d'être très active, c'est une tête pensante. C'est un bon compromis.

C'est une feuille d'érable à l'aube de l'automne. Elle se veut imprévisible, spontanée et inconstante. Elle se veut sociable, charmante et marrante.

Mais si il y a un vice, chez les gens qui aiment plaire, c'est qu'ils ne sont pas toujours sincères.


Passé


La terre tends timidement ses bras vers le ciel, souhaite, dans le silence d’un aven négligé, se joindre à celle qui forma jadis un tout en son sein. Les butes de rocs se couvrent d’une fine parure de neige. C’est la saison qu’on aime tant, c’est la saison des voyageurs et des —éphémères— amants.

Elle l’a rencontré dans un cadre idyllique, « so kitch ». Elle n’aime pas les clichés. Elle n’aime pas les films romantiques. Lui, il se les réserve quelques dimanches après-midi, après quelques labeurs et avant un thé bien mérité. Elle préfère les films d’action, elle jure par le sport, alors, lorsqu’il lui avoue avoir l’âme sensible et faire les éloges de Beaumarchais, elle s’esclaffe. Elle est charmée par les Alpes. Elle apprécie les bras maternels d’une Suisse qu’elle a quitté bien trop jeune. Il sera le preux aventurier, l’aventurier fatigué, qui lui offrira les secrets des terres qu’il n’a jamais abandonnées.

« J’aime une femme », qu’il confesse dans un regard, au détour d’une pente abrupte.

Il est heureux. Il lui en faut peu : il aime la vie. Elle est cette vie. Elle sera bientôt loin de ses yeux, mais il la gardera dans son cœur. Il l’a laissée partir, bien qu'il veuille être témoin de ses péripéties. Il couche sur des papiers, à la lueur d’une lanterne, ses pensées. Elle lui répond par mail, s’offusque qu’il soit toujours aussi « vintage », mais ne réprime jamais un sourire nigaud.

Bientôt, la maladie le ravira. Il se déplaît d’un nouveau poste pourtant bien mérité. Il s’écarte de soirées vaniteuses, annule une énième entrevue. Il débranche.

Il l’aura revue une dernière fois.

Elle se souvient de sa mine déconfite, de l’épuisement qui lui arrachait la beauté de sa frimousse. Elle n’était pas revenue seule : voilà qu’une petite parcelle de vie accaparait ses bras. Il était ému. Perplexe, aussi. Mais très ému. C’était une enfant de l’automne, qui avait survécu aux griffes d'un rude hiver.

« Verlaine. »

Oui, c’était bien, ça sonnait bien, « Verlaine » au blond norvégien de son père et au yeux clairs de sa mère. Elle aussi, avait inspiré l’air alpin.

Et un jour, il s'est éteint un peu trop vite.

Elle était beaucoup trop jeune, mais elle s'en occupera, parce qu’elle aimera toujours son amant à travers son visage, à travers sa mélancholie et son rire. Ce serait un peu difficile une fois qu’elles se retrouveront seules, mais ça ira.

Et ça est allé. Elle a été gaga comme une « bonne vieille », parce qu’elle l’a appelé « mama ». Elle a été gaga, parce qu’elle est maladroitement tombée après avoir essayé un premier pas hésitant. Elle a été gaga lorsqu’elle lui a montré son premier dessin, et puis elle n’a pas eu le temps de la voir se faire une petite poignée d’amis, aussi. Parfois, l’ombre de quelques doutes ont creusé ses rides d’inquiétude :

« Fais attention à toi. »
« Non, je ne changerai pas d’avis. »
« C’est dangereux, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. »

Verlaine a commencé à le mettre au défi —ah ! les ados. Verlaine a commencé à avoir d’autres intérêts. Verlaine aime l’art, mais elle préfère les mondanités. Verlaine regarde les Autres, maintenant. Verlaine se confronte aux Autres. Verlaine se construit, rate, imite, refuse, boude. Parfois, un mot de trop franchit ses lèvres. Verlaine finit toujours par s’excuser, parce que dans le fond, Verlaine l’aime beaucoup. Parfois, Verlaine pose des questions sur son père, et alors elle lui répond, et elles se réconcilient. Et puis un jour, Alcyone a grandi.

Elle lui répondait par SMS, histoire de ne pas être à la traîne. Alcyone s’est un peu perdue à l'aube des réseaux sociaux, alors Verlaine a préféré l’appeler tous les week-end, lorsqu'elle n'était pas là. Elle est allée lui rendre visite, pour les fêtes, et elles ont même ouvert un champagne son premier diplôme.

Alcyone apaisait ses colères, parce que Verlaine s’énerve contre le monde et contre elle-même. Verlaine n’aime pas les injustices, alors elle relativise et la raisonne comme elle peut, parce que dans le fond, sa fille aime peut-être beaucoup trop, même si ses amours sont conditionnels.

Verlaine arrête ses études, aime la photo et la peinture. Elle s’épanouira, Alcyone le sait, alors, progressivement, elle s’estompe et commence roman qu’elle n’arrive pas à finir.

Alcyone ne lui dira jamais qu’elle galère un peu, parfois, dans la vie —même si Verlaine le sait. Par peur d’inquiéter, ou par désir de montrer qu'elle est forte.

Alcyone a fini par aimer les films romantiques. Elle se réserve quelques dimanches après-midi, entre deux courses et avec un thé bien mérité. Elle néglige un peu les films d'actions, a délaissé le sport, alors elle se rend compte qu'elle a l'âme un peu sensible. Elle n'aime pas Beaumarchais, n'en déplaise à autrui, et s'en esclaffe lorsqu'on le cite avec dédain. Elle portera toujours les Alpes dans son cœur, loin d'une Suisse maternelle qu'elle a quitté bien trop vite.

Elle sera l'aventurière de sa vie, une aventure bien essoufflée, une battante pour sa fille, et une âme endeuillée.


Informations supplémentaires


• Quel est son rêve le plus fou ? Alcyone a veut être actrice, même si elle doute de ses capacités artistiques. Elle redoute un peu le regard des gens, demeure un poil traditionnelle, et ne s'est donc jamais lancée pour diverses raisons —essentiellement économiques. De même, elle a toujours voulu faire le tour du monde avec son copain, et, bien que cela ne soit présentement plus possible, c'est ce rêve-là qui la sauve de son vide.

• Quel est son pire cauchemar ? Sans doute perdre des personnes qu'elle aime. Mais elle a probablement plus peur de la souffrance qui résulte de cette-même perte, car elle ne sait pas si elle pourrait s'en remettre une seconde fois.

• En qui a-t-il le plus confiance ? Sans aucun doute sa petite Verlaine, mais également son frère aîné, quand bien même il se trouve être très protecteur. Il n'a jamais été d'accord vis-à-vis de certains de ses choix, mais s'est toujours montré présent tout au long de sa vie.


Avatar : O.C. de fdasuarez



Corpus Mechanica



APTITUDES
Agir : 3 S'imposer : 5
Connaître : 4 Savoir-faire : 4
Endurer : 2 Se battre : 2
Forcer : 2 Se contrôler : 3
Remarquer : 6 Viser : 3

SPÉCIALITÉS :
Renseignements 1R — Alcyone est capable d'obtenir des informations au court d'une discussion, généralement les pièces d'un puzzle éparses.

Sciences humaines 1R — Notions en sciences humaines (psychologie, philosophie, etc.), mais demeure assez "sophiste".

Empathie 2R — Elle fait attention à son entourage, ce qui peut être à la fois bénéfique comme se retourner contre elle.


ATOUTS :
Contacts 2
Réputation 3


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sumnium-mundum.forumactif.com
 
Alcyone Rosewheen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ALCYONE par Félix 22

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la communauté Sumnium Mundum :: Les Invités du Faiseur de Mondes ::    ☼  F i c h e s   J o u e u r s-
Sauter vers: